• Aucune catégorie
  • LES MECANIQUES DES JEUX (partie 5)

    8. LE JEU DE MAJORITE

    Les jeux de majorité constituent une catégorie très importante des jeux de plateaux. Certains sont exclusivement basés sur ce mécanisme (Capitol) alors que d’autres l’intègrent dans un ensemble (Amyitis).

    Ces jeux utilisent une carte contenant généralement des zones géographiques dans lesquelles les joueurs vont devoir placer leurs pions afin d’obtenir, lors de chaque décompte, la majorité. Souvent, des points sont attribués au premier, mais également au second.
     
    Le mécanisme de majorité est un mécanisme dans lequel le joueur obtient un gain (de points, de ressources, d’avantages… ou même la victoire) en disposant de la majorité de pions, bâtiments ou tout autre élément lui appartenant dans une zone délimitée. 
      
    Ce mécanisme peut donc être décliné sous des formes complexes en modulant par exemple la valeur des pions ou bâtiments de chaque adversaire.
     
    Le jeu de majorité est particulièrement associé au jeu de placement parce que le placement d’éléments est un facteur souvent obligatoire dans ce type de jeu.

    La difficulté vient souvent du principe de ne pas placer tous ses œufs dans le même panier, afin de se retrouver majoritaire sur une seule zone. Seulement voilà, plus on se positionne sur de nombreuses zones, et plus on prend le risque de n’être majoritaire nulle part !!!!

    Ce mécanisme, simple dans sa compréhension, mais qui peut amener à de nombreuses réflexions, est donc naturellement très prisé des créateurs de jeux.

    Le principe de majorité pose des questions sans fins aux joueurs, car il faut essayer de prévoir ce que les autres vont jouer en fonction de ce que vous allez jouer. Seulement voilà, en devenant majoritaire sur une zone, vous attisez les convoitises, et à moins d’être le dernier joueur à jouer pour le tour, les autres vont à coup sûr répliquer à votre positionnement.

    Il peut être nécessaire de jouer avec un sablier, sinon, certains joueurs vont passer des heures à essayer de tout planifier (en vain bien souvent).

    Quelques exemples de jeu de majorité : 
    Ys de Cyril Demaegd
    Elasund de Klaus Teuber
    Tigre et Euphrate de Reiner Knizia

    Nombre de joueurs : 2 à 4
    Âge:  12 ans
    Durée: 75 min

    Chaque joueur est un prince négociant qui spécule, grâce à son réseau de courtiers, pour avoir des pierres précieuses et amasser de l’or. Tous les tours, des bateaux remplis de gemmes débarquent dans les ports de villes. Les joueurs afin d’évaluer le prix du marché et piocher des cartes, doivent obtenir des majorités en plaçant leurs pions « courtier » au bon endroit, c’est-à-dire dans une des zones de quartier (port, commerce et palais), et le marché. Vos « courtiers » peuvent être placés face visible ou face cachée, ce qui fait entrer le bluff en jeu…

     

    9. LE JEU D’ENCHERES

    Le jeu d’enchères est un mécanisme dans lequel le joueur récolte un avantage, de l’argent en proposant un élément de jeu à la vente en espérant en tirer le plus grand profit. Il propose aussi à l’inverse à un joueur d’acquérir un élément de jeu contre le prix le plus élevé par rapport aux concurrents.
     
    Les jeux qui utilisent le principe d’enchère sont légions. Souvent, ils utilisent ce mécanisme dans les premières phases du tout de jeu, afin de permettre l’acquisition de ressources, bâtiments, objet, … qui seront utilisés dans les phases suivantes.

    Rare sont les jeux basés exclusivement sur ce principe, mais il en existe : Modern Art, , et à un moindre niveau Goa sont de purs jeux d’enchères 

    Dans tous les cas, le principe d’enchère consiste à mettre en vente un objet ou un service dans un cadre de concurrence (plusieurs ou tous les joueurs sont concernés). A son tour, le joueur concerné par l’enchère doit proposer une offre égale ou supérieure à l’offre précédente, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de meilleure offre. A ce moment, le joueur avec la meilleure offre remporte l’enchère.

    Sur cette base classique, de nombreuses déclinaisons permettent de simuler des enchères dans les jeux de plateaux.

    Un jeu le décline même de 5 façons différentes, il s’agit du jeu précédemment cité, Modern Art, considéré par beaucoup comme LE jeu d’enchère par excellence.

    Dans ce jeu, les joueurs incarnent des négociants d’arts, et vont devoir acheter et vendre des tableaux. On est en plein dans le thème des enchères !

    Types d’enchères :

    – le plus offrant l’emporte ; n’importe quel joueur peut surenchérir

    – chaque joueur fait sa proposition de prix, les uns après les autres

    – chaque joueur place sa proposition dans sa main : propositions cachées, puis découvertes en même temps

    – le vendeur propose le même prix aux autres joueurs : le premier qui accepte l’emporte

    – enchère double = un autre tableau du même artiste doit être proposé. Les bénéfices sont partagés entre les vendeurs.

    Quelques exemples de jeux d’enchères :

    Money Lisa
    Blindes Huhn
    Les princes de Florence

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nombre de joueurs : à partir de 8 ans
    Durée : < 60 min
    Âge minimum : 16 ans et +

    Dans Art Moderne, chaque joueur dirige une galerie d’art et cherche à acheter et vendre des tableaux au meilleur prix. Les ventes des œuvres se font sous des formes variées: enchère libre, enchère à un seul tour, mise secrète, mise à prix fixe… Amateurs de spéculation, vous trouverez ici ce qui est probablement l’aboutissement des jeux d’enchères.

    Vue d’ensemble du jeu. Remarquez les magnifiques paravents, tous différents, illustrant des galeries d’arts. Au centre, le plateau enregistre la cote des artistes. Les cartes représentent les œuvres mises aux enchères, le symbole dans le coin indiquant la forme de l’enchère. Enfin, les pièces d’argent se calculent en k€ (milliers d’euros).

     

    10. Les jeux de tuiles

    Il y a aussi le concept du placement de tuiles. Ce type de jeu est ainsi constitué de différents morceaux, que vous allez prendre au cours de la partie (aléatoirement ou non suivant les jeux) et que vous allez chercher à assembler.

    Ces jeux de tuiles, à l’inverse des jeux de plateau permettent donc aux joueurs de créer eux même leur espace de jeu en posant des tuiles adjacentes aux autres et en étendant ainsi l’univers explorable.

    Sur ces tuiles, les joueurs poseront des jetons pour étendre leur empire. Ces jeux ont pour seule limite la taille de la table et nécessitent une réflexion intense pour anticiper les mouvements de l’adversaire tout en préparant ses propres coups.

    Ici on peut citer des jeux comme Carcassonne, Alhambra, Kingdomino ou encore Queendomino.

     

    De 2 à 4 joueurs
    A partir de 8 ans
    Durée d’une partie entre 15 et 20 minutes

    Chaque tour on fera l’acquisition de tuiles qu’on devra poser et faire coïncider d’une case : désert contre désert, forêt contre forêt… dans son royaume en tentant de former une matrice de 5×5. Si l’adjacence est impossible, la tuile est défaussée.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    11. LES JEUX DE CULTURE GENERALE

    N’oublions pas non plus les jeux qui font appel à la culture générale comme Trivial Poursuit, Pictionnary, le scrabble et bien d’autres.

    Là le but est purement de démontrer ses talents en termes de connaissances générales, on peut jouer seul ou en équipe en fonction des jeux. Ce ne sont pas des jeux qui font vraiment rêver avec une forte immersion qui fait appel à l’imaginaire et à la projection, mais ça peut tout de même être un moyen de passer une bonne soirée et de tester ses connaissances pour voir éventuellement où sont certaines lacunes.

     

     

     

     

     

     

     

    Est-il vraiment nécessaire de présenter ce type de jeux qui restent extrêmement populaires ?

    JOEL